Bienvenue sur Hikikomori France

Pensée philosophique sur le vide

La philosophie du vide. Et comment apprendre une philosophie face au néant, la morosité de sa vie, aux journées sans fins ?
Et bien lorsque le cerveau n’est pas stimulé comme pour d’autres personnes, le vide devient vite une source d’intérêt. D’abord le vide en soit, le vide de sens de la vie elle-même.. Et on s’aperçoit que le vide régit nos vies, ne rien faire aide à se recentrer, faire le vide.
Mais allons plus profondément dans les méandres de la psyché humaine si vous le voulez-bien.

A un certain degré d’isolement, que ça soit social, auditif, visuel, sensitif.. Nos sens développent des sensations qu’on ne pensait pas possible avant cela..
Je pars dans les hypothèses, mais on pourrais finir par croire que notre cerveau s’habitue à ne plus sentir autre chose que ce vide perpétuel..
Quand la notion même de temps disparaît, on en vient à voir des choses là ou personne ne remarque rien.. Des visages dans les formes, des murmures du vent au creux de la nuit…
Pour ceux qui ont maintes fois voulus faire face à la mort par suicide, on peux finir par sentir en sentiment étrange, comme si la mort rodait, refusant de prendre cette âme qui n’était pas prête..

Lors qu’on en vient à un certain stade de sensibilité, un rien nous effraye, car on se focalise sur ce qu’il y a de plus ténébreux, de plus impalpable : notre esprit..
Certains m’ont rapportés que dans ces états, on pouvais sentir être mort à un endroit, puis à un autre, comme sentir les tombes de no alter ego, de je sais quelles dimensions, tomber à ces endroits éparpillés autours de nous..
Vient aussi une sensation de savoir des choses très profondes, trop profondes pour les transcrire en des mots.
Le fait d’avoir vécu ça encore et encore donne l’impression d’avoir déjà tout fait, même les choses qu’on n’a jamais faites..

Je me dis parfois, que passer devant toutes ces lignes de vies, observant les autres emprunter des chemins là ou nos pieds ce sont arrêtés à la porte de la chambre, donne le sentiment du « tout possible »..
Une myriades de vécus défilent devant nous, avec cette même sensation qu’on a déjà vécu ça (par projection sans doutes), et un sentiment de vide plus profond.

Si l’âme existe bien, tout s’expliquerait facilement, mais les phénomènes psychologiques me prouveront une fois encore, que dans l’esprit collectif humain, il n’y a de la place que pour le vide.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *